Alice Guy chez Casterman

Découvrez un de notre coup de cœur de Novembre !

Résumé de l’éditeur :

Le parcours exceptionnel de la première réalisatrice de l’histoire du cinéma

En 1895, à Lyon, les frères Lumière inventent le cinématographe. Moins d’un an plus tard, à Paris, Alice Guy, 23 ans, réalise La Fée aux choux pour Léon Gaumont. Première réalisatrice de l’histoire du cinéma, elle dirigera plus de 300 films en France. En 1907, elle part conquérir l’Amérique, laissant les Films Gaumont aux mains de son assistant Louis Feuillade. Première femme à créer sa propre maison de production, elle construit un studio dans le New Jersey et fait fortune. Mais un mariage malheureux lui fait tout perdre. Femme libre et indépendante, témoin de la naissance du monde moderne, elle aura côtoyé les pionniers de l’époque : Gustave Eiffel, Louis et Auguste Lumière, ou encore Georges Méliès, Charlie Chaplin et Buster Keaton. Elle meurt en 1969, avec la légion d’honneur, mais sans avoir revu aucun de ses films – perdus et oubliés. C’est en 2011, à New York, que Martin Scorsese redonne un coup de projecteur sur cette femme exceptionnelle.


Ce qu’on en pense :

Catel Muller et Jean-Louis Bocquet sont des habitués des biographies puisqu' "Alice Guy" n'est pas la première femme qu'ils ont mis en lumière par leur ouvrage ( on peut citer notamment "Joséphine Baker" ou encore "Olympe de Gouges"). C'est encore une fois avec brio qu'ils se sont pliés à cette exercice, rendant hommage à cette femme au destin extraordinaire, tombée dans l'oubli. Alice Guy, moderne et indépendante, a évolué dans un monde d'homme et a eu un rôle déterminant dans l'histoire du cinéma en abordant des sujets osés et avant-gardistes.